Bois
ACCUEIL
COMMERCIALISATION DE BOIS
AUTRES SERVICES
VAUD PLAQUETTES
CONTACT
COMMERCIALISATION
de bois
Commercialisation de bois La Forestière
Tendances du marché
Situation du marché des bois au 21.11.2022

International : Fin de la dégringolade en vue ? La Suisse retient son souffle.

SCIAGES

Aux USA : Les prix évoluent depuis deux mois entre 420 et 520 USD. On évoque un début de reprise de la demande.
Acheteurs et vendeurs tentent de trouver le niveau du marché permettant à chacun de travailler. Malgré les facteurs baissiers persistants comme l’inflation et les taux hypothécaires élevés, il ne faut pas oublier qu’il y a toujours dans ce grand pays un déficit de construction de logements qu’il faudra bien combler un jour. Ce qui pourrait bien nous réserver de nouvelles surprises.

Chine : Peu d’évolution récente dans ce pays, où la baisse de la demande en grumes importées se confirme. Et les nouvelles flambées de COVID-19 avec en toile de fond l’extrême rigueur des autorités dans leur politique de lutte, ne vont pas améliorer la capacité du pays à répondre à la demande en produits manufacturés du monde entier, y compris ceux en bois.

En Allemagne : Les scieurs pensent que le prix des sciages a atteint un plancher, alors que celui des pellets a perdu 30% depuis son apogée en août dernier.
Le secteur de la construction a vu son activité fondre ces derniers mois (par exemple -24% de commandes en août 2022 sur 2021). Il doit gérer une baisse des demandes de permis de construire de 15% depuis début 2022, et simultanément la hausse de 12% de coûts de construction. Dans ce contexte, les sciages comme le KVH ou « bois massif de construction », un assortiment phare très utilisé en construction bois, ont vu leur prix retomber au niveau de l’hiver 2020-2021, tandis que les lamelles à coller s’en tirent à peine mieux.

Toutefois il semblerait que la dégringolade soit terminée : C’est que les scieurs ne parviennent tout simplement plus à baisser leurs prix face à la hausse des coûts de l’énergie et le prix d’achat des grumes, qui résiste autour de EUR 100.-.

En Suisse : L’écart de prix diminue dangereusement entre les bois collés importés et les bois massifs suisses. Les bois collés suisses, eux, semblent profiter d’un effort d’achat local, et la demande en lamelles se comporte mieux qu’anticipé. Inutile de rappeler que les produits de la zone Euro sont encore davantage avantagés par le taux de change actuel, ancré en-dessous de la parité.
On comprendra que les grandes scieries suisses fassent preuve de prudence dans les achats, alors que certaines, des deux côtés de la Sarine, ont déjà réduit leur activité.

BOIS RONDS

Suisse : De manière générale, on ne signale pas encore de dégradation marquée des prix sur le marché des grumes de résineux. Il faut dire que pour la plupart des scieries de charpente, l’heure est à la constitution des indispensables stocks saisonniers. Dès lors on peut s’attendre à une possible détente de la demande sur 2023, en fonction de la situation qui prévaudra dans le secteur de la construction.

Anciennes tendances :
add_circle Situation du marché des bois au 05.10.2022
remove_circleSituation du marché des bois au 05.10.2022

International : Confirmation de la tendance baissière

SCIAGES

Aux USA : Les prix perdent encore environ 100 USD sur un mois et se stabilisent provisoirement au-dessus de 400 USD.
Le mot d’ordre au sein de l’industrie du sciage aux USA est la baisse de la production afin de l’adapter à la demande en berne. Les taux hypothécaires fortement augmentés vont continuer de peser sur la demande.

Chine : Les importations de grumes de résineux ont fortement baissé durant le premier semestre mais sont en train de reprendre. Ce marché reste donc une importante destination, y compris pour les bois bostrychés.
Par contre on commence à y ressenti aussi, dans les sciages de chêne, les effets du ralentissement du marché américain. Ceci pourrait marquer le début d’une décrue sur le marché de la grume de chêne européen, qui est en hausse constante depuis plusieurs années. Toujours dans les feuillus, les importations de hêtre repartent à la hausse, aidées en partie par la baise actuelle des tarifs du fret maritime.

En Allemagne : scieurs pessimistes pour les mois à venir.
La baisse de l’activité se poursuit dans les scieries allemandes. Certains fabricants de panneaux comme le MDF ont même cessé leur activité, car les hausses massives des prix de l’énergie et la demande insuffisante les a fait passer en-dessous de leur seuil de rentabilité.

En Suisse : Les prix des sciages tendent à se maintenir à leur niveau du printemps, mais l’incertitude grandit en ce qui concerne le début 2023. Il apparaît de plus en plus certain que la pression sur les prix en provenance de la zone Euro va redevenir une réalité, comme ce fut le cas durant les années pré-COVID.

BOIS RONDS

L’Allemagne doit faire face à la chute de la demande en résineux, et simultanément à une recrudescence des attaques de bostryches. Dans certaines régions, la situation est aussi grave, voire même pire qu’en 2021. Les volumes de stock en forêt ont tendance à augmenter

Suisse : Chez nous aussi, y compris dans le canton de Vaud, les infestations de bostryches atteignent des niveaux élevés. Elles conditionnent les coupes en ce début de saison, freinant la mise sur le marché de bois frais. Toutefois cela ne représente pas encore un problème pour les scieries.
Les scieries qui exportent une partie de leur production vers la France subissent la dégradation des conditions de marché régnant dans ce pays.
Industrie : Le grand fabricant suisse de panneaux de particules, lui aussi fortement orienté vers l’export, n’échappe pas au ralentissement des affaires touchant la branche. On parle déjà d’un important stock de bois brut sur le parc à grumes et de livraisons ralenties.


add_circle Situation du marché des bois au 05.09.2022
remove_circleSituation du marché des bois au 05.09.2022

International : fin de la chute des prix des sciages?

SCIAGES

Aux USA : La cotation de Chicago semble trouver un soutien aux alentours de 500 USD.
Après une baisse en dents de scie sur plusieurs mois, le marché semble temporairement trouver un équilibre autour de 500 USD. Face à une demande en berne, les scieries ont réagi en réduisant leur activité, alors qu’elles sont confrontées à une moindre disponibilité des grumes de résineux, notamment dans l’Ouest canadien.

La Chine parle maintenant ouvertement de « crise immobilière », sans compter les interminables annonces de villes (re-)mises sous séquestre. Avec cela, les importations de grumes sont en baisse de 38% par rapport à l’année passée. Celles en provenance d’Europe ont fondu de moitié, alors que celles de Nouvelle-Zélande, principal pays fournisseur, se maintiennent mieux. Ceci dit, on parle déjà dans les forêts européennes fortement touchées par le bostryche comme en Autriche, de réactiver la chaîne logistique à destination du pays de l’Oncle Xi.

En Allemagne : Fin de la chute massive des prix en vue.
Une correction spectaculaire des prix a eu lieu sur le marché allemand des sciages durant l’été. Bilan : on a beaucoup perdu par rapport aux sommets atteints brièvement sur les 18 derniers mois. Mais le marché semble maintenant vouloir se stabiliser à un niveau situé 20 à 25 % au-dessus des historiques d’avant l’embellie de 2020-21. La voracité du secteur énergie incite les scieries à broyer directement les planches de bord, diminuant l’offre en bois d’emballage.

En France voisine, la situation est contrastée, mais dans l’ensemble les scieries n’ont que peu de visibilité et des carnets de commande amaigris. Certaines sont en mode de chômage temporaire, alors que d’autres reviennent timidement aux achats. Au niveau forêt, les exploitations seront probablement orientées en premier lieu sur les chablis de bostrychés et arbres dépérissants. Nous en saurons plus après la mise de l’ONF du 21 prochain à Levier (25).

En Suisse : La priorité pour la Banque nationale est maintenant de combattre l’inflation, raison pour laquelle elle a cessé de soutenir le taux de change EUR-CHF, qui est passé nettement en-dessous de la parité. En corollaire, les scieries suisses observent avec inquiétude les développements sur le marché des bois importés, dont les prix en Francs ne cessent de baisser.

BOIS RONDS

En Allemagne, c’est le marché du bois-énergie qui fait l’actualité. Celui-ci est en train de faire remonter sensiblement le point de convergence du prix auquel les grumes sont écoulées soit vers le marché du bois-énergie, soit vers celui du sciage. Ce sont naturellement les bois feuillus qui sont en premier lieu visés, mais le phénomène affecte également de plus en plus les résineux.

Suisse. Concernant les grumes de résineux, plusieurs grandes scieries ont procédé à des aménagements de leur liste de prix, qui retrouvent ainsi un niveau proche de celui du printemps 2022. Sur le marché des bois de charpente, la saison débute sur le même niveau que celui de juin 2022. Dans le feuillu, la vigueur du secteur de l’énergie allemand a des effets qui se ressentent jusque chez nous. C’est notamment le cas pour le hêtre et les autres bois durs, qui voient leur plancher de prix remonter sensiblement.


add_circle Situation du marché des bois au 15.08.2022
remove_circleSituation du marché des bois au 15.08.2022

International : tendance orientée à la baisse

SCIAGES

Aux USA : Reprise de la pression baissière. Les taux hypothécaires mènent le bal.
Les prix aux USA continuent de perdre du terrain : la cotation pour septembre 2022 a encore perdu des plumes en dernière semaine de juillet et passe momentanément en-dessous des 500 USD. Selon certains analystes, c’est le prix à payer pour redynamiser la demande. Mais ceux-ci prédisent aussi un retour de prix « normaux » de sciages en termes historiques (soit entre 250 USD et 350 USD), face à un marché de l’immobilier qui a complètement perdu l’élan qu’il avait encore en début d’année 2022.

En Chine, les importations de grumes de résineux ont repris quelques couleurs. Mais une grande prudence règne encore face aux nombreuses incertitudes économiques auxquelles est confronté le pays, qui peine décidément à tourner la page de la période COVID.

En Allemagne : la pénurie de matériaux cause l’arrêt de nombreux chantiers.
les prix de sciages perdent continuellement du terrain depuis le mois de mai. On assiste à de nombreux blocages sur le front de la construction, où quantité de chantiers sont ajournés ou reportés. En réaction, les fabricants de BLC et CLT ont fortement réduit leurs horaires de travail – en partie pour compenser les importants soldes d’heures supplémentaires accumulées sur le premier semestre 2022. Ceci fait logiquement augmenter la pression baissière sur le prix des lamelles, qui sont leur matière première et qui seront bientôt retombées sur leur niveau de prix de 2020. Dans ce contexte, avec de surcroît un taux de change EUR – CHF en-dessous de la parité, on peut craindre que les lamelles et BLC allemands reviennent bientôt dicter les prix sur le marché suisse.

En France, nos clients relatent une forte pression baissière, à l’instar de ce qui se passe en Allemagne.

En Suisse : Le Franc qui se renforce davantage a pour effet positif de brider l’inflation en comparaison de ce que vivent nos voisins européens. Mais chez nous aussi les taux d’intérêt hypothécaires sont remontés et la croissance économique ralentit. L’avenir dira dans quelle mesure le secteur de la construction continuera de montrer le beau dynamisme dont il a fait preuve jusqu’ici.

BOIS RONDS

La demande en grumes subit maintenant les effets de l’essoufflement constaté sur le marché des sciages. En Allemagne et en Autriche, les prix ont perdu 10 à 15 Euros par mètre cube, et la tendance semble vouloir se poursuivre. Toutefois, des experts voient le secteur de l’énergie, très demandeur, apporter un soutien aux prix du bois de service et l’empêcher de sombrer.

Bostryches : dans l’Arc alpin mais aussi dans certaines régions de plaine, les attaques de bostryches atteignent déjà des niveaux élevés, au point que les coupes de bois frais pourraient bien être remises à plus tard.

En Suisse : Hormis un « pas en arrière » effectué en date du 15 août par la maison Zahnd SA, qui reste très exposée au marché français des sciages et se voit contrainte de revenir à ses prix de mars 2022, le marché semble faire preuve pour le moment de stabilité. Il est vrai que nous sommes encore en période estivale, et les positionnements commerciaux concernant l’automne n’ont pas tous été pris. De plus, les prix des produits connexes destinés au secteur énergétique se portent très bien et cette tendance devrait se poursuivre avec la baisse d’activité des scieries allemandes.


add_circle Situation du marché des bois au 04.07.2022
remove_circleSituation du marché des bois au 04.07.2022

Dernier commentaire avant la pause estivale de la commercialisation des bois

SCIAGES

Aux USA : Après avoir chuté de moitié, le marché semble avoir trouvé un support ver 650 USD : sur les derniers jours de juin, la cotation pour juillet 2022 semble vouloir se stabiliser. Malgré les facteurs baissiers toujours présents, à commencer par la hausse marquée du coût des hypothèques et la forte inflation en général, les acheteurs US reviendraient-ils lentement aux affaires ? Il s’agit pour le moment de refaire un tant soit peu les stocks de manière à pouvoir fournir les besoins toujours présents du secteur de la construction. Seul l’avenir dira si ce plancher sera solide ou s’il n’est qu’une étape dans la descente amorcée début avril…

En Chine, les stocks de grumes dans les ports maritimes sont au plus bas et les achats reprennent. Avec eux, une légère remontée des prix.

En Allemagne, la situation évolue peu. Une grande prudence règne parmi les utilisateurs, qui n’achètent que le strict nécessaire, anticipant une poursuite, même temporaire, de la baisse des sciages initiée début mai ( -10% à -20%). Toutefois, des niveaux de stocks bas et la demande saisonnière à l’automne pourraient bien inverser à nouveau la tendance vers le haut au cours des prochaines semaines.
L’influence de l’entrée en vigueur stricte de l’embargo sur les bois russes est un facteur que beaucoup d’acteurs vont suivre de très près.
Du côté des produits connexes, la fermeté reste de mise. L’Allemagne a fait les comptes et il va manquer plusieurs centaines de milliers de tonnes de pellets l’hiver prochain.

En France, les sciages sont plutôt sous pression à l’instar de ce qui se passe en Allemagne. Le secteur du bricolage est aux abonnés absents : les particuliers ayant réalisé les travaux nécessaires (merci l’effet COVID), ils sont maintenant enclins à tenter de faire des économies face à la perte de leur pouvoir d’achat, inflation oblige.

En Suisse : Les entreprises de charpente ont des carnets de commande qui ne désemplissent pas, induisant le maintien d’une bonne activité pour les scieries. La faiblesse de l’Euro alliée au glissement des prix pourrait toutefois raviver le phénomène de la pression exercée en temps normal par les bois étrangers, ce qui n’est pas encore le cas.

BOIS RONDS

La demande en grumes est toujours bonne en Europe centrale, et correspond aux besoins de l’industrie du sciage. Toutefois en Allemagne et en Autriche, on a quitté le sommet atteint en mai : face au tassement des prix des sciages et étant bien pourvues en bois ronds, les scieries ont enlevé quelques Euros sur leurs offres d’achat.

Ce léger tassement ne devrait pas avoir d’influence chez nous dans l’immédiat, car nos prix de grumes n’étaient pas montés aussi haut. Et les grandes scieries savent qu’en période de martelages, il serait contre-productif de donner des signaux négatifs aux propriétaires. Il s’agit de ne pas compromettre le bon début de la campagne de sciage d’automne.


add_circle Situation du marché des bois au 07.06.2022
remove_circleSituation du marché des bois au 07.06.2022

SCIAGES

Aux USA : Assez nette correction des prix depuis fin mai. Dans sa chute, la cotation pour juillet 2022 semble avoir trouvé ces derniers jours un soutien autour de 600 USD, après avoir très brièvement atteint 1'200 USD début mars (valeurs historiques 250-300 USD). Les causes principales de cette dégringolade sont les effets de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêts, alors que le prix des maisons reste élevé : les prêts sont octroyés par les banques selon des critères bien plus sévères qu’il y a quelques mois, réduisant ainsi la demande en constructions nouvelles.

En Chine, la situation sur le plan logistique, notamment dans les ports tend à s’améliorer avec la levée progressive des restrictions liées au COVID.

En Allemagne, les utilisateurs n’achètent que le strict nécessaire, anticipant une poursuite même temporaire, de la baisse des sciages initiée début mai (environ -10%). Toutefois, des niveaux de stocks bas et la demande saisonnière à l’automne pourraient bien inverser à nouveau la tendance vers le haut au cours des prochaines semaines. Sans compter que selon plusieurs analystes, l’ « effet Russie » n’a pas encore impacté le marché européen, car ce n’est qu’à partir du 10 juillet prochain que l’embargo prendra son plein effet : Les sanctions prises permettent jusqu’à cette date d’exécuter les contrats de livraison conclus précédemment. Du côté des produits connexes, les scieries peuvent se réjouir de voir leur prix continuer de progresser, principalement sous l’effet de l’envolée du prix des pellets.

En France, les scieries ont pu bénéficier encore longtemps de prix de grumes qui peinaient à monter, alors que les sciages se portent plutôt bien. Toutefois la dernière vente de bois bruts de l’ONF du 18 mai dernier à Champagnole, très courue avec ses 100'000 m3 de résineux, a apporté la preuve que le marché des grumes est maintenant assaini chez nos voisins également: la plupart des lots ont obtenu des prix en hausse de 10 à 25% sur 1 an.

En Suisse : notre pays est encore relativement épargné par la hausse de l’inflation et des taux hypothécaires, et notre secteur de la construction tourne toujours à plein régime. Le marché des bois a intégré les hausses de ces derniers mois et les scieries jouissent d’une très bonne situation économique, même si leurs coûts de matières premières et d’énergie ont augmenté, parfois fortement. L’Euro oscille depuis 1 mois entre 1.02 et 1.04 à l’interbancaire.

BOIS RONDS

La demande en grumes est toujours bonne en Europe centrale, et correspond aux besoins de l’industrie du sciage. En Allemagne et en Autriche, les prix ont encore progressé en mai. Pour le marché suisse, nous n’attendons pas de grand changement de prix à l’approche de la pause estivale, dans une tendance plutôt soutenue, l’attention des acheteurs de bois se portant déjà sur les approvisionnements du début d’automne.


add_circle Situation du marché des bois au 20.05.2022
remove_circleSituation du marché des bois au 20.05.2022

SCIAGES

Aux USA, les sciages ont quitté leur plus hauts de l’hiver dernier, mais ont trouvé un soutien entre 750 USD et 800 USD, soit le triple de leur prix historique. Les effets de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêts ont certes un effet baissier, mais le besoin en constructions nouvelles est encore fort et empêche un effondrement des prix du bois.

La Chine voit ses importations de grumes baisser momentanément, davantage sous l’effet de la mise sous cloche de Shanghai et de son port, que sous celui d’un essoufflement de la demande. Le marché n’était pas habitué à de tels problème de logistique, qui affectent une bonne partie des matériaux et causent des fermetures momentanées de chantiers.

Ceci est également le cas en Allemagne, où les prix des sciages ont encore vécu une nouvelle poussée au début du deuxième trimestre, laquelle a cependant assez vite manqué d’air sous l’effet de la mollesse des enlèvements de marchandises commandées. Pour les raisons évoquées ci-dessus, les entreprises utilisatrices se retrouvent avec des carnets de commandes pleins, mais une activité qui manque paradoxalement de dynamisme. Les prix des lamelles à coller résistent cependant plutôt bien pour le moment.

Scandinavie : Finlande et Suède voient leurs prix de sciages monter en flèche sous l’effet de la guerre russo-ukrainienne. Un fort volume d’échanges avait traditionnellement lieu entre ces pays et la Russie avant le début des hostilités. Ce n’est donc pas de ces deux pays que viendra à court terme une pression baissière.

En Italie, le secteur de la construction commande en 2022 à nouveau beaucoup de lamellés-collés et de panneaux CLT. Par contre l’emballage subit depuis quelques semaines un tassement : Il ne suffit pas que la demande en palettes soit bonne, encore faut-il avoir des clous pour les produire ! Et quand ceux-ci proviennent d’Ukraine, on comprend où est le problème. A cela s’ajoutent des exportations de machines qui se retrouvent pénalisées par les sanctions en vigueur actuellement, et qui sont autant de caisses qu’il ne faut plus produire pour les emballer.

En France, les scieries ont pu bénéficier encore longtemps de prix de grumes qui peinaient à monter, alors que les sciages se portent plutôt bien. Toutefois la dernière vente de bois bruts de l’ONF du 18 mai dernier à Champagnole, très courue avec ses 100'000 m3 de résineux, a apporté la preuve que le marché des grumes est maintenant aussi assaini chez nos voisins aussi: la plupart des lots ont obtenu des prix en hausse de 10 à 25% sur 1 an.

En Suisse : notre pays est encore relativement épargné par la hausse de l’inflation et des taux hypothécaire, et notre secteur de la construction tourne toujours à plein régime. Le marché des bois a intégré les hausses de ces derniers mois et les scieries jouissent d’une très bonne situation économique. Même les sous-produits destinés au bois-énergie (en premier lieu pour la fabrication de pellets), qui ont par le passé souvent joué les trouble-fête dans les calculs de rentabilité des scieurs, sont en forte hausse. L’Euro, qui a atteint la parité il y a quelques semaines, s’échange à nouveau autour de 1.04 spot.

BOIS RONDS

Toute l’Europe centrale est demandeuse de grumes, alors que l’offre a plutôt tendance à rester limitée. En Allemagne et en Tchéquie, on assiste heureusement à une forte décrue des volumes de bois bostrychés, avec en corollaire des niveaux de coupes nettement en retrait par rapport à l’année passée. Dans ces conditions le marché est soutenu, et ne montre pour le moment pas de signe d’affaiblissement : que ce soit en Bavière, en Autriche et même aux ventes de l’ONF, la tendance est ferme pour les grumes. Une fermeté que l’on retrouve également en Suisse.



retour


Commercialisation de bois
La Forestière commercialise les grumes de ses membres et d'autres partenaires en leur garantissant l'écoulement de leurs produits.
  • Prise en charge des bois par des professionnels qui les commercialisent aux meilleures possibilités du marché
  • Organisation de la logistique
  • Vente de grumes
  • Vente de bois par Internet
  • Transparence des transactions pour le propriétaire et gage de bonne gouvernance
  • Garantie de paiement
  • Mandat de commercialisation 2015 pour fournisseur de bois
retour


/// Mise de bois feuillus ///
La Forestière, en collaboration avec le service des forêts de la Ville de Lausanne et la Fédération du 8e arrondissement organise une vente par adjudication de bois feuillus le mercredi 14 décembre 2022 à 14h00 (heure précise) à la maison des forêts lausannoises au Boscallocation_on.
Vous trouvez ci-dessous les liens pour télécharger le cahier de la mise ainsi que les listes de cubage et le plan de localisation des lots.


N'hésitez pas à nous contacter si vous avez déjà besoin de documents spécifiques.

retour


Notre clientèle
La clientèle se compose essentiellement de scieries suisses et étrangères et de négociants en bois. Les bois sont acheminés par camion ou chemin de fer, la logistique est réalisée selon les souhaits des clients.
retour


Secteurs commerciaux

retour


Historique des volumes commercialisés
1997-1998 > 244'300 m3 8'300
1998-1999 > 231'700 m3 -12'600
1999-2000 > 241'450 m3 9'750
2000-2001 > 338'485 m3 97'035
2001-2002 > 255'120 m3 -83'365
2002-2003 > 251'788 m3 -3'332
2003-2004 > 248'437 m3 -3'351
2004-2005 > 243'321 m3 -5'116
2005-2006 > 226'287 m3 -17'034
2006-2007 > 269'596 m3 43'309
2007-2008 > 253'433 m3 -16'163
2008-2009 > 207'221 m3 -46'212
2009-2010 > 221'920 m3 14'699
2010-2011 > 228'145 m3 6'225
2011-2012 > 194'084 m3 -34'061
2012-2013 > 188'865 m3 -5'219
2013-2014 > 197'317 m3 8'452
2014-2015 > 181'088 m3 -16'229
2015-2016 > 167'012 m3 -14'076
2016-2017 > 172'627 m3 5'615
2017-2018 > 175'879 m3 3'252
2018-2019 > 168'771 m3 -7108
2019-2020 > 162'100 m3 -6671
2020-2021 > 153'742 m3 -8358
retour

Nos services
Route de la Chocolatière 26
Case postale 129
CH - 1026 Echandens

+41 21 706 50 20
+41 21 706 50 29

info@laforestiere.ch

Les bureaux de La Forestière à Echandens sont ouverts :
du lundi au vendredi de 07h30 à 11h45 et de 13h30 à 16h30


Webdesigner : Patrick Burnens | www.burnens.com